Le Chrétien vis-à-vis de son temps

Je suis chrétien, et je suis de mon temps.

Chrétien, et Chrétien complet, je veux dire Catholique, – vivant au dix-neuvième siècle, je vois ou je sens qu’entre la doctrine chrétienne, à laquelle j’adhère par tout mon être, et beaucoup d’idées ou de tendances de mon temps, auquel je ne veux pas demeurer étranger et dont je ne suis pas l’ennemi, il y a une opposition.

Je voudrais examiner en quoi consiste cette opposition. En l’étudiant de près, je comprendrai mieux ce qu’est la doctrine chrétienne et ce qu’est mon temps.

J’aurai de l’idée chrétienne et de la vie chrétienne une notion plus exacte et plus profonde.

Je démêlerai ce que notre temps a de nouveau, et parmi ces nouveautés de discerner le vrai esprit de ce siècle.

Le mettant en regard avec le vrai esprit du Christianisme, je chercherai ce qui est en opposition radicale et définitive avec cet esprit et ce qui, ne s’en écartant qu’en apparence, s’y laisse ramener et même aspire secrètement à y être ramené. “

– 7 novembre 1890

(Léon Ollé-Laprune, Le Chrétien vis-à-vis de son temps in La Vitalité Chrétienne, Perrin, Paris, 1901, lx-342p. à p. 339)